Image

[Cambodge 🇰🇭] Élevage de grillons Ă  la ferme

Au cours des derniers milliers d’années, les êtres humains un peu partout sur le globe ont développé des techniques d’élevage pour avoir un apport en nourriture animale contrôlé.

Les insectes n’ont pas toujours fait partie de cette transformation agricole, peut-être parce qu’ils étaient faciles à chasser ou parce que l’élevage des oiseaux et des grands mammifères s’est avéré plus productif.

De plus en plus d’élevages de grillons se développent autour du monde et notamment en Asie du Sud-Est : les grillons y sont appréciés et assez faciles à élever. Laissez-moi vous présenter le modèle d’élevage que nous avons rencontré au Cambodge, chez messieurs Tieng Hun et Hieng Mao, fermiers de la région de Kampong Thom.

Installation

Bâtiments de ferme

Les grillons ne sont jamais l’unique production des fermiers que nous avons rencontrĂ©s : sur leurs terrains, on trouve Ă©galement des poules, des arbres fruitiers, des palmiers Ă  sucre, des rizières et un potager de lĂ©gumes.

Les bacs d’élevage sont placés dans un bâtiment ouvert de la ferme, à l’ombre. Ce sont quatre murets de béton d’environ un mètre de hauteur, formant un rectangle à peu près deux fois plus long que large, dans lequel les grillons vivront de leur sortie de l’œuf au moment où leur éleveur voudra les vendre.


Habitat des grillons

Dessus d’un bac : on peut voir l’intĂ©rieur en boĂ®te d’œufs et les Ă®lots de nourriture sur la surface.

Les grillons élevés sont des animaux qui vivent naturellement au niveau du sol au cours de leur croissance : pour reproduire cet habitat, les éleveurs utilisent des matériaux faciles à trouver.

Par exemple, de la paille, qui, enchevêtrée, permet aux grillons de se déplacer de haut en bas dans le milieu du bac, ou encore des grandes boîtes d’œufs en carton.

On a déjà mentionné que les bacs étaient placés à l’ombre, que les grillons préfèrent. Les fermiers humidifient même le haut du bac les jours de forte chaleur.

Vue de côté du bac et grillons accrochés sur le muret

Les grillons en cours de développement sont des insectes marcheurs : une bande de scotch glissant entoure l’intérieur du bac pour les empêcher de partir par là.

Les adultes sont des insectes volants, les Ă©leveurs les contiennent gĂ©nĂ©ralement en plaçant un filet de protection sur la face ouverte du bac. (Le filet a Ă©galement comme avantage d’arrĂŞter en partie les animaux qui viendraient voler la nourriture des grillons ou manger les grillons eux-mĂŞmes.)


Nourriture

Nourriture pour poulet

Il n’existe pas de nourriture standard pour grillons. Les éleveurs les nourrissent d’un mélange de nourriture pour poulets, de nourriture pour porcs, de son de riz, de feuilles de palmes, de feuilles de bananiers, et d’autres plantes cultivées ou trouvées sur le terrain alentour. Cette nourriture correspond à la nourriture du grillon sauvage. Elle est placée sur le dessus du bac d’élevage, ce qui oblige les grillons à se déplacer depuis le fond du bac.

La nourriture est humidifiée pour les besoins en hydratation des insectes : il n’est pas vraiment possible de leur fournir un « abreuvoir », car les grillons se noient facilement.


Cycle de vie

Bol de terre destiné à attirer les femelles sur le point de pondre

On compte 50 jours de croissance pour obtenir des criquets adultes ; certains sont vendus à un stade de développement inférieur, mais n’ont alors pas pu se reproduire et fournir des œufs pour le prochain cycle.

Les grillons femelles pondent leurs œufs dans la terre : les éleveurs fournissent un unique bol de terre pour tout le bac, ce qui permet de maîtriser l’emplacement où se trouvent les œufs et de lancer facilement le bac suivant.


Revenu

Les grillons sont vendus Ă  10000 riels (2 dollars 50) le kilogramme et chaque bac peut produire cinquante kilos de grillons par cycle.

Ça paraĂ®t peu comparĂ© au prix de vente des insectes capturĂ©s par un piège Ă  insectes (comme on a dit, sept ou huit dollars le kilo). NĂ©anmoins, c’est une activitĂ© qui se dĂ©roule directement dans la ferme, qui demande un entretien lĂ©ger (renouvellement de la nourriture, humidification du bac les jours de forte chaleur, gestion des criquets adultes après la dernière mue) et qui produit toute l’annĂ©e au lieu d’ĂŞtre dĂ©pendante des saisons. Les fermiers ne vendraient par leur production Ă  ce prix s’ils n’y trouvaient pas leur compte – ou plus prosaĂŻquement ils abandonneraient l’Ă©levage de grillons.


Ce mode d’Ă©levage semble s’intĂ©grer parfaitement dans les cultures variĂ©es qui ont lieu sur une ferme cambodgienne. En plus de ça, les grillons fournissent un revenu stable aux agriculteurs. Si on ajoute l’avantage Ă©cologique de ne pas prĂ©lever d’insectes dans la nature, on comprend que la FAO encourage le dĂ©veloppement de ce type d’exploitations, l’organisation allant jusqu’Ă  prĂ©coniser une expansion et une mĂ©canisation des Ă©levages.

La conservation de la culture des insectes au Cambodge pourrait aussi passer par une domestication des autres espèces consommées.

Ă€ propos de conservation, dans un prochain article, nous vous parlerons de la chasse aux espèces d’arachnides les plus connues du Cambodge : les mygales.

photofinish

2 réflexions sur “[Cambodge 🇰🇭] Élevage de grillons Ă  la ferme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.