Image

[🇰🇭] Notre itinéraire au Cambodge

La deuxième partie de notre tour du monde des insectes comestibles, un voyage de cinq mois sur trois continents, a démarré ! Et du 2 avril au 13 mai 2018, nous étions au Cambodge.

World Map cambodge

Deux faits, six à faire. Pour en savoir plus sur les huit pays de notre voyage et les insectes que nous espérons y croiser, cliquez ici.

Le Cambodge est un pays d’Asie du Sud-Est dans lequel la population – surtout rurale et prolétaire – de certaines régions pratique une entomophagie occasionnelle et parfaitement banalisée. Ce qui nous a également attirés ici, c’est la consommation d’un animal plus impressionnant : la mygale, parfois appelée « tarentule ». Effectivement, il s’agit d’une espèce d’araignée, et les araignées ne sont pas des insectes. Elles comptent quand même.

Nous avions déterminé par recherche bibliographique que le mois d’avril ne serait pas une trop mauvaise saison pour trouver des araignées et d’autres insectes. Nous n’avions pas tout à fait raison, mais nous avons eu de la chance.

Au menu cette fois-ci : des grillons, des vers à soie, des coléoptères, des courtilières, des mygales, des scorpions, des grenouilles et des crabes. Avez-vous trouvé les intrus ?

cambodge


PHNOM PENH – 02/04/2018 au 04/04/2018

Notre avion a atterri le lundi 2 avril après un voyage entre veille et sommeil, à la poursuite des fuseaux horaires.

Les jours suivants furent consacrés à nous remettre de notre décalage, à faire un brin de tourisme et à ouvrir l’œil à la recherche de stands de rue proposant des insectes à déguster : après tout, on ne sait jamais. Nous n’en vîmes aucun, mais l’objectif de remise du décalage horaire fut atteint. (Et celui d’écumer les stands de nourriture de rue aussi).


KEP – 05/04/2018 au 07/04/2018

Direction Kep, dans le sud du pays, pour trois jours agréables à la plage à la recherche de la pièce maîtresse de la gastronomie locale : un animal qui doit se conserver et cuisiner vivant, recouvert de chitine, doté d’yeux étranges ainsi que d’un nombre de pattes non-orthodoxe, il s’agissait bien sûr…

DU CRABE, OUAIS !

Même si les tourteaux sont moins bleus et plus rouge-orange.

… Ce qui est l’occasion de discuter « ce qui compte » ou « ce qui ne compte pas » dans notre tour du monde des machins comestibles : après tout, on avait déjà dépassé le strict cadre des insectes en venant chercher des araignées.

Toutefois, les crabes ne sont pas des curiosités sur les tables françaises. Les tourteaux par exemple sont souvent les pièces maîtresses des plateaux de fruits de mer frais qu’on peut déguster sur les côtes.

Or, notre objectif est de vous faire découvrir une gastronomie composée d’ingrédients que nous n’avons pas l’habitude de considérer comme de la nourriture. Notre ami décapode, bien que ni plus ni moins monstrueux que le grillon moyen, est donc exclu du champ de notre étude.

Emoji crabe qui pleure.

RT si c’est triste…


KAMPONG THOM – 08/04/2018 au 13/04/2018

Notre période d’acclimatation – au fuseau horaire, à la chaleur, à notre statut de touriste – étant révolue, nous nous sommes installés dans la maison d’hôtes tenue par Rico, immigré français au Cambodge, et son épouse Kunthy, cambodgienne.

C’est chez eux que nous avons pu assister à une démonstration du fonctionnement d’un piège à insectes artisanal et à un cours de cuisine aux insectes où nous avons récupéré deux des recettes que nous vos présenterons bientôt. C’est aussi grâce à leurs contacts que nous avons pu visiter deux fermes produisant des grillons.

Nous vous en dirons plus sur ces sujets dans de prochains articles et vidéos !


SKUON – le 10/04/2018

Nous nous sommes rendus un jour au marché de Skuon, un pivot touristique de la consommation d’insectes, et d’araignées, histoire de nous rendre compte du phénomène. La variété des spécialités proposées sur les étals était impressionnante !

Leurs crochets à venin ayant été arrachés, ces mygales sont condamnées à mort : elles ne peuvent plus s’alimenter.

Nous avons évidemment vu des mygales – y compris des échantillons gardés vivants dans le but d’être manipulés par les touristes. Si vous vous demandez quelle sensation ça fait, les pattes de l’araignée piquent beaucoup moins que les griffes d’un chaton ou d’un cochon d’inde ; pour les personnes qui ont déjà eu des phasmes, eh bien, nos phasmes s’accrochaient un peu plus dur à nos bras que ces mygales. Le plus surprenant, c’est le mouvement de l’araignée : en se laissant hypnotiser, on croirait voir une main avec le mauvais nombre de doigts et trop d’articulations.

Nous ne nous y attendions pas mais nous avons également croisé des scorpions (qui comptent) et des grenouilles (qui ne comptent pas, confère le paragraphe « Kep »).

Assortiment d’insectes cuisinés sur un stand. Au premier plan, des grillons ; en arrière-plan, des vers à soie.

Niveau insectes, les étals proposaient des vers à soie, des punaises d’eau, des coléoptères ambigus que plusieurs marchands ont appelés « cafards » (cockroach), et deux stades de développement différents d’une même espèce de grillon.

Tous les marchands proposent une recette similaire pour les insectes et les mygales : les animaux sont frits entiers et assaisonnés avec de l’ail, de la citronnelle, de ce bouillon en poudre qu’on trouve partout au Cambodge et qui est appelé « knorr », du piment et de la ciboulette.

C’était bien un endroit adapté à la visite touristique. Quelques attractions sont proposées, mais on nous a informé que certaines n’étaient pas authentiques alors nous avons décidé de ne pas y assister. Comme il est souvent répété, ce n’est pas parce qu’on est des touristes et que les habitants du Cambodge peuvent utiliser le revenu tiré de notre tourisme que nous devons marcher sciemment dans une arnaque.


SIEM REAP – 14/04/2018 au 13/05/2018

Nous sommes restés à Siem Reap un bon gros mois dans un studio en location, base d’opération depuis laquelle nous avons pu :

… et aussi prendre la mesure de ce voyage, ce qui est plus facile quand on passe un certain temps à un seul endroit plutôt que de courir partout.

Et donc, voici en vidéo les recettes Khmères à base d’insectes que nous avons apprises à cuisiner !

Retrouvez les fiches-recette ici !

Notre prochaine étape est la Thaïlande ! Vous aurez bientôt de nos nouvelles sur les comptes Facebook, Twitter et Instagram, et préparez-vous à l’arrivée d’articles sur le Cambodge !

Un grand merci à Nathan Preteseille pour ses contacts et ses conseils ; merci aussi à Davy Blouzard et Rico pour leur accueil, à Nob pour avoir été notre guide à Skuon, à Kunthy et Tchun Lee pour avoir partagé leurs connaissances et leur cuisine avec nous, à messieurs Tieng Un et Hieng Mao pour nous avoir ouvert leurs fermes, à Seiha Soeun et à la famille Wai pour la partie de chasse et à Artisans d’Angkor pour la visite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.